Critique : The Wave

Dans le film The Wave de Roar Uthaug sorti en 2015, on se concentre sur la famille de Kristian. C’est un géologue norvégien qui habite à Geiranger avec sa femme Idun et ses deux enfants Sondre et Julia. Idun tient l’hôtel de la ville et s’occupe de l’accueil. Lorsque la famille est sur le point de déménager, les collègues de Kristian remarquent une activité anormale au niveau de la montagne qui menace de s’écrouler. Leurs doutes se confirment grâce à tous les capteurs installés dans une crevasse et la vague se rapproche. Tout le monde s’entraide car dans ce scénario catastrophe, la famille compte plus que tout.

Au début Kristian et son films Sondre sont distants, la relation est tendue et l’ambiance est électrique. Après le passage de la vague, Kristian sauve Sondre et Idun des décombres inondés de l’hôtel dans lequel ils étaient enfermés. Lorsque Kristian retrouve Sondre, Idun est à la surface et le fils ainé est à bout de forces, il est découragé. Kristian convainc son fils de faire encore un effort, de nager juste un peu plus. Les propos du père sont touchants et donnent les larmes aux yeux, il est sincère envers son fils. On voit suite à cette discussion que le regard de Sondre change comme si les deux personnes avaient un déclic et prenaient conscience de l’importance de leur relation. Sondre rejoint sa mère à la surface mais Kristian ne le suit plus, Idun plonge le chercher, le remonte et lui fait un massage cardiaque. Se rendant compte que ça ne fait aucun effet, Sondre prend le relai et sauve son père.

Ils se sauvent mutuellement ce qui change radicalement leur relation, ils deviennent proches et on voit enfin l’attachement et l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Il y a une évolution dans leur relation, la fin est touchante, un peu idéalisée mais heureuse.

Solène Allanos