Les Lycéens en parlent – Critique de Clair Obscur

Clair Obscur

(Tereddut = doute)

Ce drame de Yesim Ustaoglu retrace le parcours de deux femmes, opposées par leur statut social et leur âge.

Nous avons d’une part Elmas, une jeune fille mineure censée être majeure, contrainte au mariage par ses parents. Elle semble venir d’un milieu pauvre contrairement à Chenaz, une jeune femme médecin aisée. Cette dernière semble avoir tout pour elle, cependant sa vie ne lui suffit pas pour être heureuse. Elle prend conscience de cela lors de sa rencontre avec Elmas, qui deviendra sa patiente à l’hôpital. Étant psychiatre, elle essaye de découvrir le parcours de cette jeune fille afin de la comprendre et de l’aider.

Pour nous, le thème principal de ce film serait le droit et les conditions de vie des femmes. Cela s’illustre notamment à travers la scène de la rupture entre Chenaz et son époux. La jeune femme prend sa vie en main en prenant en compte ses propres envies. Elle reproche à son mari d’être égoïste et d’être avec elle seulement à des fins sexuelles. A l’annonce de la rupture, il s’énerve et devient violent, nous dévoilant ainsi une facette de sa personnalité dont on ignorait l’existence .

Il lui impose de rester à ses côtés l’empêchant de prendre sa liberté. Ainsi sa sortie de la maison représenterait métaphoriquement la fin de son statut de femme soumise. En parallèle, la scène où Elmas se délivre de son mal-être en racontant son histoire à sa psychiatre (Chenaz), nous montre bien sa volonté de se libérer aussi de sa condition de femme soumise.

En opposition à sa psychiatre, Elmas s’affranchit de son malheur par la parole et non par les actes. Comme pour Chenaz, Elmas a de la difficulté à se délivrer de son passé pesant. Elle passe par diverses émotions avant d’atteindre la paix intérieure. On voit ainsi un point commun entre ces deux femmes que tout était censé opposer. On comprend alors que cette situation peut être vécue par tout le monde peu importe le statut social.

De plus, nous pouvons relever le fait que la nature est très présente dans ce long-métrage. En effet elle possède une symbolique forte puisqu’elle incarne la violence vécue par Chenaz, à travers les puissantes vagues qui viennent frapper les rochers. D’ailleurs nous avons à la fois la mer avec de violentes vagues ou calme et douce. Cela représenterait le contraste qui a lieu au fond de notre personnage principal.

Lors de la scène où elle observe les vagues en compagnie de ‘son amant, elle semble heureuse au contact de l’eau, puisqu’il s’agit d’un élément purificateur, ainsi nous sommes menés à penser que ce contact lave sa personne esclave de son mari, pour l’aider à devenir un sujet autonome. C’est pourquoi elle agit naturellement, telle une enfant pure et innocente. C’est un des seuls moments où elle peut être la vraie Chenaz, celle qui est libre et qui a conscience de vivre réellement et justement.

Ainsi, nous avons un rapport nature / civilisation, avec la nature qui serait une échappatoire pour l’homme comme le pensait Rousseau.

Pour conclure, nous retenons le parti pris du réalisateur. En effet, en rendant les deux femmes libres et autonomes à la fin de son film, il veut mettre en avant le pouvoir des femmes si elles agissent. Nous retiendrons de ce film l’idée que le combat pour le développement du droit et de la liberté des femmes à travers le monde n’est pas terminé et que beaucoup d’efforts sont encore à faire. Ce film laisse penser que les femmes doivent être fortes, se battre, garder espoir pour créer un monde plus équitable et plus juste pour demain. Pour se libérer de leur destin, de leur sort, elles doivent atteindre chacune une liberté qui leur soit propre. Pour nous, ce long-métrage nous transmet aussi l’idée que même si l’on pense être heureux, parfois un événement, une rencontre, nous fait prendre conscience que ce n’est pas le cas.

HOFMANN Chloé et SELMAN Aysel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>